Pensées pour moi-même de Marc-Aurèle.

marc_aureleLe livre « Pensées pour moi-même » de Marc-Aurèle est une lecture composée de maximes que je vous conseille. Ces pensées sont à la fois le journal intime de l'empereur et un guide de conduite.

Même si les allusions aux dieux paraissent parfois redondantes, nombre d’enseignements sont à tirer de ce livre. En effet, Marc-Aurèle joue à mêler naturellement philosophie et politique et s'impose une conduite respectant les enseignements Stoïcien[1]. Toutes ses considérations, loin d'être dépassées imprègnent notre réflexion. Elles nous confrontent directement à notre rapport à la vie, au ressenti des choses, une façon d'être en quelque sorte.

Je vous conseille donc ce livre facile d'accès et très agréable à lire ou à feuilleter. De plus, son prix est très raisonnable (environ 5 Euros).

Pour convaincre les indécis, je vous proposerai deux préceptes tirés des « Pensées pour moi-même » :

« N'agis point comme si tu devais vivre des milliers d'années. L'inévitable est sur toi suspendu. Tant que tu vis, tant que cela t'est possible, deviens homme de bien ». Livre 4, XVII

« Essaie de les persuader, mais agis, même malgré eux, quand la raison de la justice l'impose ainsi. Si toutefois, quelqu'un a recours à la force pour te contrecarrer, passe à l'aménité et à la sérénité, sers-toi de cet obstacle pour une autre vertu, et souviens-toi que tu ne te portais pas sans réserve à l'action et que tu ne visais pas des choses impossibles. Que voulais-tu donc ? Faire un effort en ce sens. Cet effort, tu l'as fait, et les choses auxquelles nous nous appliquons finissent par arriver ». Livre 6, L

J'aime particulièrement la pensée I du livre 5, cependant je vous laisse la découvrir par vous-même.

Yann Paczynski


[1] Le stoïcisme fut fondé vers 315 avant notre ère par Zénon de Citium. Cette doctrine connut des remaniements successifs durant environ 5 siècles grâce à des philosophes tels que Sénèque ou Épictète. La doctrine stoïcienne se caractérise avant tout par son naturalisme, d'après lequel l'homme doit vivre en harmonie avec la nature. Selon cette philosophie, la matière est animée par un principe corporel que les stoïciens appellent tantôt âme, raison ou cause. La matière est donc définie comme un corps ; c'est-à-dire comme ce qui est capable d'agir, ou ce sur quoi il est possible d'agir. De ces considérations découle une morale propre à cette philosophie. En effet, l'homme serait le seul être doué de la faculté de représentation et capable par conséquent de participer de manière consciente et active à la raison universelle. Cette morale place le bonheur dans l'exercice de la vertu. Chose sur laquelle chacun devrait méditer.

Une pensée sur “Pensées pour moi-même de Marc-Aurèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Montrez que vous êtes humain *