Pas de justice en dehors de la République !

La justiceRappelez-vous : mais si, il y a encore quelques semaines, un bijoutier niçois assassinait un jeune homme qui l'avait braqué quelques minutes plus tôt.

Rappelez-vous la déferlante de soutiens à ce commerçant, allant de Jean-Marie Le Pen à un maire UMP bref, tout ce que la France peut compter de réactionnaires. Toutes les personnes qui, réelles ou créées de toutes pièces, crièrent leur empathie et leur sympathie envers ce pauvre bougre n'ayant fait que protéger son honnête commerce honteusement vandalisé par des barbares en scooter (ce moyen de locomotion étant déjà un acte de barbarie en lui-même !). En écrivant ces lignes, j'ai l'impression d’exagérer … Et je me replonge dans les images, reportages, articles d'alors. Et je me demande soudain comment avons nous pu en arriver là ? Comment une frange toujours plus importante de la population française – mais pas seulement – peut-elle être prise d'un tel élan de schizophrénie ?

Soyons clairs et compréhensibles (même si ce sera compliqué), regardons froidement le pourquoi de ces soutiens.

En fait, les réactionnaires (littéralement ceux qui réagissent) soutiennent quelqu'un qui s'est mis volontairement hors la loi, parce qu'il a tiré de manière illégale (pas de légitime défense) et létale sur ses deux agresseurs qui eux-mêmes avaient enfreint la loi, commettant un vol avec violence ? Donc : on critique les hors-la-loi en disant que la police ne fait rien, mais on trouve normal que quelqu'un se mette hors-la-loi à son tour pour régler le problème d'un autre hors-la-loi et ensuite on se plaint quand il est interpellé par la police ? Donc la police fait bien son travail ? Vous n'avez pas compris la logique bande d'incultes que vous êtes ? C'est normal, il n'y en a pas. Et c'est là que saute aux yeux l'incohérence du discours des soutiens au bijoutier de Nice. D'un côté on critique le voleur, à juste titre. De l'autre, on encense l'assassin. D'un côté on dit que la police ne fait pas son travail, mais on critique le fait qu'elle ait interpellé le tireur dans une affaire d'homicide. On défend un assassin plutôt qu'un voleur, alors que les soutiens médiatiques se font à longueur d'année les chantres de la sécurité, de la lutte contre le « laxisme » judiciaire, de la lutte contre les délinquants, et j'en passe.

Soutenir contre vents et marées l'acte du bijoutier est antirépublicain. Cela revient à instaurer une relativisation des actes situés en dehors du champ légal, certains étant plus critiquables que d'autres. Ainsi, les soutiens cherchent à excuser, voir même à absoudre totalement l'auteur des coups de feu mortels. Aucun républicain digne de ce nom ne peut accepter une transgression de la loi : si on la considère comme injuste, alors il faut se battre pour la changer, et non choisir de s'en affranchir. Les lois de la République s'imposent à tous car elles émanent de l'essence même de la Nation Française, c'est à dire son peuple. Personne ne peut dire « ce n'est pas grave », surtout lors de la mort d'un jeune homme sans de facto choisir le camp des hors-la-loi contre celui du droit.

Malheureusement, cela traduit une tendance constante chez nos concitoyens, entretenue à grands renforts de propagande médiatique, qui est de se laisser aller à la passion plutôt qu'à la raison. Le cœur, lorsqu'il parle, nous place d'emblée du côté de la victime, justifiant par une passion morbide l'assassinat d'un jeune niçois. Mais posons-nous, posez-vous un seul moment la question : et si c'était mon fils qui avait été sur ce scooter, qui avait commis ce vol ? Aurais-je le même discours que je tiens en soutenant le bijoutier et son acte criminel ?

Il est évident que non. Personne ne peut, dans une République civilisée, affranchie de toute notion juridique de revanche, accepter la loi du Tallion. Et si je devais être cynique, je rappellerais ceci : pour un vol en ville, on coupe la main, on ne tue pas !

À toutes celles et ceux qui cherchent à excuser le geste du bijoutier, nous devons adresser un message : la seule chose que nous soutenons, c'est le respect de la loi républicaine pour tout le monde !

Pierre-André Godon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Montrez que vous êtes humain *