Dijon, délinquance et immigration : la vérité.

La montée de Marine Le Pen, le retour de Nicolas Sarkozy et la validation médiatique deszemmour thèses xénophobes d’Eric Zemmour et de Laurent Obertone confine à l’anti-républicanisme le plus primaire. La rédaction du Plaidoyer Républicain vous invite à regarder le formidable reportage diffusé dans Infra-Rouge sur France 2. Ce dernier a pour principale caractéristique de tordre le coup aux thèses de ces sinistres individus : le « fameux » lien entre délinquance et immigration. Le reportage montre admirablement qu’aucun lien sérieux ne peut être établi entre ces deux paramètres. La méthodologie est absolument inattaquable, et c’est pour cette raison que j’ai décidé de la reprendre trait pour trait afin de livrer une analyse des chiffres officiels sur la commune de Dijon.

Cette ville est caractéristique de ce que nous pouvons observer dans le pays. La montée du Front National est extrêmement forte. En effet, en 2001, le Front National avait réalisé un piteux 5.70% au premier tour des élections municipales. En 2008, il n’avait même pas été en capacité de présenter une liste. Quoi qu’il en soit, et après des années de Sarkozysme et de xénophobie ambiante, voilà que le FN réalise 12.7% au premier tour et se maintient à 13.13% au second tour. Il y a donc bel et bien une percée notable et inquiétante du Front National à Dijon d’autant que Marine Le Pen y a réalisé un bon score de 13.4% au premier tour de la présidentielle. Le pain quotidien des français est de constater chaque jour à la infrarouge-7127-57753télévision que la délinquance explose et que les immigrés sont la principale cause de cette soit disant explosion. Je me suis donc appuyé sur l’enquête de John-Paul Lepers pour appliquer sa méthodologie à la ville de Dijon. La ville étalon qui sera utilisée dans cette enquête sera la ville de Caen, comme dans le reportage et pour les mêmes raisons. Cette ville a un très faible taux d’immigrés, 5.3% pour une commune de 200 000 habitants. La commune administrative Dijonnaise a quant à elle 196 602 habitants selon le Ministère de l’Intérieur, avec un gros centre-ville et plusieurs communes alentour, tout comme la ville de Caen. L’ensemble de ces caractéristiques nous permettra d’effectuer une analyse rigoureuse et objective à partir des sources du ministère et de l’INSEE. Ce sont exactement les mêmes documents qui ont été utilisés lors de l’enquête Infra-Rouge de France 2 : « Criminalité et délinquance constaté en France-Année 2009 » et « INSEE Recensement populations légales en 2007 »

La ville de Caen a la particularité d’accueillir un faible pourcentage de populations immigrées, 5.3% selon les chiffres officiels. C’est très largement en dessous de la moyenne nationale qui porte le pourcentage d’immigrés à 8.4%. Pour autant, la moyenne de faits délictueux se porte à 72.41 infractions pour 1000 habitants. La moyenne française est très en deçà avec 56.39 infractions pour 1000 habitants. Je reprends l’analyse du documentaire qui présente, faits à l’appui, que l’immigration n’a rien à voir avec les faits de délinquance.

Comparaisons entre Dijon et Caen

Selon les chiffres officiels, la ville de Dijon à un taux de délinquance supérieur à la moyenne française, et se porte au 41ème rang des villes dans le classement avec 63.53 infractions pour 1000 habitants. Pour rappel, Caen culmine à 72.41. Mais Dijon possède une caractéristique intéressante. En effet, le pourcentage de populations immigrées se porte à 9%, au dessus de la moyenne nationale de 8.4%. Voilà qui est intéressant, car selon la logique des thèses prônées par Eric Zemmour, Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, la délinquance devrait être supérieure à celle de Caen qui accueille deux fois moins d’immigrés que Dijon. Sauf que la réalité est toute autre.

Lorsque l’on se penche sur la question des homicides et des tentatives d’homicides entre les20.01.Delinquance.police.930.620_scalewidth_630 deux villes, nous ne constatons aucune différence. Selon les chiffres du ministère en 2009, le dernier à donner autant de détails, il y eut un homicide à Dijon et deux à Caen. Pour les tentatives d’homicides, Caen et Dijon sont à égalité avec un nombre équivalent de 4. Quoi qu’il en soit, et compte tenu du faible nombre de faits pour homicides et tentatives d’homicide, aucune statistique, et aucune différence ne peuvent être soulignées, l’échantillon étant trop faible, fort heureusement. Nous pouvons donc conclure que le fort taux d’immigrés à Dijon ne change absolument rien sur les statistiques de meurtres et de tentatives de meurtres.

Passons maintenant au champ des crimes et délits sexuels. Lorsque l’on se penche sur ces catégories, le total des délits constatés est de 127 à Dijon et de 203 à Caen. Une forte différence de 37.5% est quand même à noter entre Caen et Dijon. Visiblement, nous pouvons d’ores et déjà conclure que les crimes sexuels n’ont donc rien à voir avec l’immigration.

Regardons maintenant les violences faites aux personnes, caractérisées par le ministère comme étant des « Coups et blessures volontaires criminels et correctionnels ». Là encore, la comparaison est édifiante entre les deux agglomérations. Nous totalisons 541 faits constatés à Dijon et 954 à Caen, soit une différence de 43.3%. Là encore, nous arrivons tout naturellement à la conclusion que les immigrés ne font pas sauter les chiffres des violences faites aux personnes.

Nous allons maintenant nous pencher sur les chiffres officiels des vols et cambriolages. Pour ce qui est des cambriolages seulement, nous constatons qu’il y a 1305 faits constatés à Dijon et 1058 à Caen. Pour la première fois, Dijon passe en tête avec un pourcentage supérieur de 19.83%. Je préfère le dire dès maintenant, cela sera le seul domaine où Caen sera placée derrière Dijon de façon significative. Car lorsque l’on regarde par exemple les vols à la tire, c’est une autre histoire. En effet, Dijon totalise 213 faits de vols à la tire quand Caen culmine à 319. La différence est quand même de 33.23%. Rien que ça. Mais ce n’est pas fini, lorsque nous détaillons les chiffres des vols à l’étalage, nous observons 449 faits à Dijon pour 1031 à Caen. Les vols à l’étalage à Caen sont quand même supérieurs de 56.46% par rapport à Dijon ! Pour les vols de 2 roues maintenant, une différence de 5.71% est constatée entre les deux villes. Dijon étant en tête avec 333 faits pour 314 à Caen. Il n’y a donc pas de différence significative entre les deux agglomérations. Quant à la catégorie des stupéfiants, 479 faits ont été constatés à Dijon pour 503 à Caen, soit une différence de 4.78%. Là encore que ce soit pour la drogue ou les vols, Caen, ville avec très peu d’immigrés est à peu près au même niveau que Dijon. Seuls les cambriolages sont significativement plus élevés à Dijon.

Conclusions

Le sentiment d’insécurité est fort à travers la France, tout comme à Dijon. Le fait que le Front National ait quasiment triplé ses scores municipaux entre 2001 et 2014 est un exemple parfait de cet état de fait. Pour autant, nous n’avons jamais entendu le Front National défendre la population durant ces élections. Bien au contraire. Le candidat FN Edourard Cavin n’a eu de cesse dans ses déclarations d’agiter les peurs. Voilà un petit florilège de ses déclarations de la Miroir Mag.

FN« Le communautarisme est une conséquence de l’immigration de masse. 200 000 immigrés viennent légalement en France chaque année alors qu’il y a cinq millions de chômeurs. Nous ne comprenons donc pas très bien le but. Ces immigrés ont été parqués dans des cités HLM si bien que l’on constate aujourd’hui qu’ils restent entre eux, favorisant la montée du communautarisme. En clair, il s’agit d’une envie de vivre selon sa culture, ses coutumes, sa religion d’origine. Une rupture du pacte républicain. A la Fontaine d’Ouche, 80 familles ont retiré leurs enfants de l’école républicaine pour faire l’école à la maison, donc l’école coranique. ». Ou encore : « Je suis pour un rapprochement plus important entre la police municipale et la police nationale qui elle, est armée. Elles doivent travailler plus conjointement. La question de l’armement des policiers municipaux peut faire l’objet d’un référendum local. Si les dijonnais se sentent de moins en moins en sécurité, on pourra leur poser la question. L’armement peut être partiel mais il s’agira surtout de mieux les protéger. ». L’enchaînement de ces propos sont clairs, à l’en croire, c’est l’immigration qui fait exploser la délinquance et le fait que les dijonnais se sentent en insécurité.

C’est par ce genre de déclarations à l’emporte pièce que l’on met dans la tête des gens de fausses idées sur la réalité. La réalité montre que Dijon, ville avec 9% d’immigrés, à un taux de délinquance bien inférieur à Caen, ville sans immigré. Voilà quels sont les faits, et de façon définitive, non l’immigration et la délinquance à Dijon n’ont absolument aucun lien. Peut-être qu’il faudrait enfin faire le constat qu’il y a beaucoup de chômage, que l’activité est faible dans cette ville. Si insécurité il y a, c’est parce que l’eau est trop chère, que la gestion en délégations de service publics (DSP) sont de plus en plus inabordables pour les citoyens. La véritable insécurité, elle est financière et sociale.

Arnaud Guvenatam

8 pensées sur “Dijon, délinquance et immigration : la vérité.

  1. Bonjour Arnaud,
    Je l'ai relayé ici :
    http://l-humain-d-abord.forumactif.org/t3356-dijon-delinquance-et-immigration-la-verite-plaidoyer-republicain

    Et je conseille de lire ceci :

    http://l-humain-d-abord.forumactif.org/t3267-la-fabrique-des-stereotypes-les-inrockuptibles-demanteler-l-usine-a-prejuges-le-monde-immigration-des-fantasmes-tenaces-a-abattre-une-histoire-populaire-le-documentaire-immigration-et-delinquance-l-enquete-qui-derange

    Répondre
    1. Plaidoyer Républicain

      Auteur de l'article

      Merci, j'ai vu la totalité de l'enquête. Effectivement, toute la partie sur la fabrique des préjugés est intéressante. La psycho-sociale est vraiment un domaine qui a de l'avenir.

      Répondre
  2. Jean

    Ces arguments sont parfaitement idiots.
    Ni le Front National, ni Eric Zemmour n'ont jamais prétendus que l'immigration est la seule et unique cause de l'insécurité.
    Evidemment, Dijon est beaucoup plus riche que Caen, c'est donc normal qu'il y ait moins de violence.
    Maintenant comparez le Cantal, qui est l'un des départements les plus pauvres de France, avec très peu d'immigrés, et la Seine-Saint-Denis, et vous ravalerez un peu votre morgue et vos grandes certitudes.

    Répondre
    1. Plaidoyer Républicain

      Auteur de l'article

      L'islamisation, le lien entre délinquance et immigration sont le fond de commerce de ces sinistres individus. Le fait que cela soit riche ou non ne change en rien le fait que la délinquance n'est pas liée à l'immigration
      Moi je les ai faites les comparaisons. Les piliers de comptoir qui viennent avec leurs certitudes et leur morgue, oui je parle de vous imbécile, et qui n'ont rien d'autre à dire que répéter les sempiternelles blablas Le Peno-Zemmouriens peuvent aller se faire voir.
      Un salut non fraternel et à jamais.

      Répondre
  3. Marco

    Je n'ai pas vu le reportage, mais si leur méthodologie est réellement la même que la vôtre, elle n'est clairement pas "inattaquable"! Faire une étude statistique en ne considérant que 2 villes, situées en plus dans des zones géographiques économiquement différentes ne permet absolument pas d'infirmer la corrélation entre immigration et délinquance.
    Maintenant, si les journalistes ont effectivement calculé un coefficient de corrélation en prenant pour échantillon toutes les villes de France, là on pourrait tirer des conclusions.

    Répondre
    1. Plaidoyer Républicain

      Auteur de l'article

      Bonjour,
      voilà qui est intéressant. Effectivement, il ne figure dans le papier que nous avons rédigé aucun coefficient de corrélation, ni même un modèle linéaire. J'en suis conscient. Peut-être que je devrais repréciser plus clairement la démarche qui a été la nôtre de calquer les comparaisons faites par le reportage et ce que nous en avons calqué.
      Pour les échantillons de Dijon et de Caen, constatons tout de même que ce sont des agglomérations de 200 000 habitants. Ces deux échantillons sont déjà extrêmement élevés. Pour avoir publié, il m'est arrivé d'avoir des échantillons de 6000 individus, ce qui, dans la recherche en biologie est très élevé. Ne parlons pas d'études de psychologie où il arrive parfois que l'échantillon n'excède pas 10 individus. Je pense donc avoir une certaine rigueur, l'échantillonnage me permettant de faire des comparaisons entre ces deux villes.
      Quelle est l'hypothèse : si la délinquance et l'immigration sont liées, en toute hypothèse, plus l'immigration dans une ville est élevée, plus la délinquance sera élevée, toutes choses étant égales par ailleurs. La locution "toutes choses étant égales par ailleurs" est ici centrale dans la façon dont nous comparons les chiffres, car l'affirmation "la délinquance et l'immigration sont liées" fait fit de tout autre paramètre à mettre dans l'étude comparative. Voilà pourquoi nous "nous sommes contentés" de faire des comparaisons.

      Si vous revenez sur l'article, pour la catégories des meurtres, il y a en un à Dijon et deux à Caen. Nous concluons qu'il n'y a pas de différence significative. Mais sur d'autre thèmes, les comparaisons peuvent aller du simple au double et sur des échantillons toujours supérieurs à 30. N'importe quel test de comparaison concluerait à l'observation d'une différence significative. Ce qui est le cas.

      Conclusion, il y a de grosses disparités entre ces deux ville, et l'hypothèse n'est pas validée. Il n'y a pas deux fois moins de délinquance à Dijon, comprenant deux fois plus d'immigrés à proportion de la population respective des deux villes. Le lien n'existe de toute façon pas. Si ce n'est pas le cas ici, je n'ai pas besoin de faire une corrélation puisque les échantillons, ce ne sont pas les deux agglo, mais les chiffres des délits constatés.

      Je suis en tout cas content qu'une question comme celle-là ait été posée.

      Répondre
  4. Pingback:

  5. PatrioteBBR

    La république n'appartient pas aux anarchistes et aux dégénérés de gauche !!

    Classer le FN à l'extrême droite en 2017 , c'est à mourir de rire !! Le FN n'est pas plus à droite que le RPR des années 90 , c'est le pouvoir politique qui a glissé vers l'extrémisme de gauche , d'ailleurs le margayage est marqueur de cette dérive idéologie vers l'extrémisme de gauche .

    Quant aux tarés de gauche qui dirigent ce pays depuis 2012 , on peut citer des exemple de leur francophobie et de leur xénophobie , comme par exemple donner aucun droit aux conjoints étrangers hors UE de français , mais par contre ouvrir les vannes de l'immigration illégale ou les illégaux ont plus de droit que les conjoints étrangers hors UE de français , qui eux n'ont ni le droits de travailler , ni le droit au RSA , vraiment des dégénérés ces gauchistes !!!

    Et concernant la démocratie , les gauchistes sont plus proche du fascisme Mussolinien que l'actuelle démocratie suisse , refus de la proportionnelle , lois liberticides qui condamnent les propos politiquement incorrect non conforme à l'idéologie sozialiste , mais en même temps , ils sont charlie qui fait l'apologie du terrorisme , et bien sur , un coup de 49.3 par ci et par là !!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Montrez que vous êtes humain *