Chouard (Soral) et la stochocratie : des fausses bonnes idées !

chouard-video-succesNous n’allons pas changer une ligne de l’article initial publié le 8 janvier 2014, mais il s’agira de le mettre à jour à l’aune des déclarations du chantre du tirage au sort. Nous parlerons donc d’Étienne Chouard. Regardons tout d’abord le lexique qu’utilise le « gentil virus ». Il parle de la République comme étant « cette ploutocratie gérée par quelques fripouilles ». Il est intéressant qu’il ne parle pas d’oligarchie mais de ploutocratie, terme souvent employés par les nazis et les fascistes. Bien que Georges Sand l’ait utilisé, au XIXème siècle, depuis, le mot a pris une toute autre connotation. Notons aussi que c’est un mot qui revient régulièrement dans la bouche d’Alain Soral. Portons à la connaissance de tous, la façon dont Étienne Chouard parle du leader d’Egalité et Réconciliation : « Dans la bagarre, je vais peut-être avoir besoin de gens comme Alain Soral, qui ne se laisse pas faire ». Sans vouloir faire de polémique, il y a bien ici l’établissement avoué de potentielles convergences de luttes avec le fascisant Soral. Même s’il tente de prendre ses distances avec certaines déclarations d’Alain Soral, il tente de l’excuser en déclarant ceci : « Je pense que ses paroles racistes, voire antisémites, dépassent sa pensée ». Il est donc bien conscient de la nature des propos de Soral, mais puisqu’il le qualifie « d’homme qui réfléchit beaucoup », il ne devrait pas y avoir de place à l’excuse lorsque l’on considère un individu comme étant un penseur, maître de ses propos. Toutes les déclarations ont été tirées de Nouvel Observateur du 4 au 10 décembre 2014, numéro 2613, page 48 à 51. Il est d'ailleurs franchement étonnant de voir graviter autour du Mouvement 6ème République de plus en plus de partisans d'Etienne CHouard à l'aune de la proximité amicale de ce dernier avec l'autoproclamé "National-Socaliste" Soral.

Nous voici arrivés en 2014. Le moins que l’on puisse, c’est qu’en France et en Europe, nous constatons une certaine méfiance, voire une défiance, vis-à-vis de l’action politique. Nous pourrions prendre l’exemple de la cote de confiance de l’exécutif en France qui frise le 0 absolu. Les citoyens expriment un mécontentement et je vois fleurir, ici ou là, un corpus d’idées visant à nous sortir de cette ornière. C’est notamment le cas du mode de désignation des élus par tirage au sort, ou stochocratie. C’est un concept ancien que l’on retrouve dans la Grèce antique, et chez les doges vénitiens. Pour autant, l’expression à proprement parler a été définie par le philosophe Roger de Sizif en 1998 dans « La Stochocratie ». Il est par ailleurs intéressant de regarder qui défend ces propositions à l’heure actuelle. Comme Étienne Chouard, personnalité qui a milité en 2005 contre le traité de Lisbonne, et qui erre à l’extrême-droite en ramassant autour de lui des personnes issues de traditions politiques bien différentes.

Vive le « tous pourris » !

Commission-Tirage-au-sortNe nous voilons pas la face, cette vision est pour le moment relativement minoritaire. Mais on sent une percée dans les milieux militants, préfigurant une popularisation dans l’opinion publique. L’argument du tirage au sort prend tout son sens. Au moins, on est sur que les personnes tirées au sort seront plus représentatives du peuple que l’oligarchie actuelle. L’argument peut faire mouche chez des citoyens qui ne prennent pas forcément le temps de peser les conséquences de tels agissements. Sans le dire c’est en quelque sorte un retour du superstitieux dans l’espace politique, car le hasard « pourrait être » le fait de quelque chose de supérieur qui prendrait la décision. Citoyens, lecteurs du Plaidoyer Républicain, vous voyez (sans même que je ne commence à démonter ce genre d’arguments) poindre le poison de l’anti-républicanisme.

Le tirage au sort : un poison de la République.

tirage au sortSi je peux comprendre l’exaspération des citoyens face à la mise en œuvre de la politique actuelle, je ne veux pas pour autant tomber dans des solutions qui mettront fin au système républicain ! Nos aïeux se sont battus contre l’injustice de la royauté, pouvoir sensé être l’expression de la volonté de Dieu. Nous n’allons donc pas nous en remettre au tirage au sort, somme toute, aussi illégitime que la royauté. Le tirage au sort serait au mieux un immobilisme mortifère. En effet, sur quelles bases et projets politiques seraient désignés les futurs dirigeants ? Bien évidemment, aucun ! Dans cette configuration, il n'y a plus intérêt au débat public et citoyen. Ce mode de désignation exclut de facto l'implication populaire. C’est la fin de la politique comme seule manière d’avoir une prise sur le réel. Il faut toujours avoir à l’esprit que le vote est « par le Peuple et pour le Peuple ». Dans cette configuration, on exclut d’emblée le Peuple de la décision. Mauvaise pioche. Et d’autre part, si la politique menée est catastrophique, quelle légitimité a le Peuple pour contester la ligne d’un gouvernement non-élu ? Aucune. Circulez, il n’y a rien à voir ! Nous voulons l’effet exactement inverse : l’irruption du Peuple dans la prise de décision. Ce sont aussi et surtout ça, les valeurs républicaines que nous voulons mettre en avant dans la perspective d''une sixième République sociale.

Il devient primordial de comprendre que lorsque l’on est laïque et donc républicain, la stochocratie est un poison mortel. Le seul mode de décision qui vaille doit être basé sur la raison, et par conséquent le choix, et donc in fine  : le vote !

Une assemblée représentative !

J’entends déjà les critiques qui vont pleuvoir. Comment peut-on parler de République et de démocratie quand 70% de l’assemblée est représentée par deux Partis politiques qui ne représentent qu’à peine 40% des voix exprimées ? Comment justifier qu’un Parti comme EELV ayant fait 2% aux présidentielles ait un groupe parlementaire aussi important ? J’entends aussi ceux qui, à droite, disent que le FN fait 18% des voix et n’a que deux députés. On ne va pas se cacher que le FN prospère là-dessus car ce système l’arrange, il peut hurler sans jamais avoir la moindre responsabilité à assumer…

Le Plaidoyer Républicain vous soumet donc une proposition : une législative à la proportionnelle. En effet, il serait intéressant d’avoir ce mode de désignation pour l’assemblée. Un scrutin unique de liste avec 577 noms et à un tour à l’avantage de faire sauter le verrou de l’assemblée. Déjà, elle serait représentative, et en plus, cela permettrait au peuple de réinvestir ces élections qui sont boudées, car étant assimilées à une chambre d’enregistrement des propositions gouvernementales. En quelque sorte, nous n’aurions plus de députés qui ne servent à rien, sinon à dégoûter encore un peu plus les gens de la politique.

La solution sera républicaine ou ne sera pas. Le tirage au sort étant par essence anti-laïque et donc anti-républicain, il n’y aura point de salut à attendre de ce genre de pseudo-solutions permettant la mise en place d’une véritable République Sociale accomplie.

Arnaud Guvenatam

13 pensées sur “Chouard (Soral) et la stochocratie : des fausses bonnes idées !

  1. Alain

    Sauf que:

    - Affirmer que Chouard est un extrémiste est un peu léger comme argument, il est certes très naïf de croire que certaines personnes comme Soral&Cie sont tout à faits saines ou honnêtes, mais il a le mérite d'aller jusqu'au bout de sa conception de la liberté d'expression. Pour lui, elle doit être totale ou ne peut pas être. C'est aussi la vision de Noam Chomsky, dont on peut difficilement dire qu'il est d'extrême droite.

    - Croire que le hasard est un signe divin est une vision complètement faussée de certains historiens du 19ème qui ont cru pendant longtemps que les Grecs s'en remettaient totalement aux Dieux pour choisir leurs représentants. Cette idée est restée implantée parfois chez ceux qui n'ont pas vraiment creusé la question. Les Grecs avaient une vision particulièrement pointue et précise de ce mode de désignation qu'ils combinaient d'ailleurs à l'élection pour certains postes. Ils affirmaient eux-même que le tirage au sort permettait une égalité entre tous les citoyens, ainsi qu'une protection contre les abus de pouvoir. Tout part de là.
    Baser tout son raisonnement sur la stochocratie comme étant antirépublicaine et anti-laïque est donc trop rapide et trop léger à mon sens.

    - "Nos aïeux se sont battus contre l’injustice de la royauté, pouvoir sensé être l’expression de la volonté de Dieu." Je ne pense pas, je crois que ce sont là de belles phrases de propagande (je n'y vois pas de malice de votre part bien sûr, je suis persuadé de votre bonne foi.).
    Nos aïeux se sont d'abord battus pour les bourgeois qui en ont eu assez de la noblesse et le clergé qui détenaient tout le pouvoir. Ces bourgeois ont manipulé le peuple pour renverser le rapport de force et obtenir le pouvoir. Robespierre et les Montagnards ont fait une percée contre les bourgeois en 92-93 mais ensuite cela s'est gâté pour eux, jusqu'à la victoire totale des Girondins. Ne parlons pas de la réaction totale de Napoléon quelques années plus tard... Écoutez les conférences de Guillemin, c'est très clair.

    - Le projet de la stochocratie n'est évidemment pas de désigner au hasard les responsables politique prenant les décisions, cela n'aurait aucun sens. L'objectif de ce système est de s'inspirer du régime grec antique où les décisions se prenaient à l'assemblée du peule, par le peuple qui votait les lois directement. Les personnes tirées au sort sont celles qui préparent les textes de lois, qui organisent l'ordre du jour, qui arbitrent les débats, qui exécutent les décisions, qui rendent compte de leurs applications, etc. Ils n'ont aucun pouvoir décisionnel si ce n'est celui de la modalité de l’exécution de la loi (mais cela se change par une constituante). Il s'agit donc là exactement de ce que vous défendez: "l'irruption du Peuple dans la prise de décision".

    - Je suis d'accord avec vous lorsque vous dites "Le seul mode de décision qui vaille doit être basé sur la raison, et par conséquent le choix, et donc in fine : le vote !"
    Encore une fois c'est exactement ce que ce projet de stochocratie défend.
    Le vote par le peuple des décisions, mais pas l'élection de représentants élus.

    J'espère avoir été clair et avoir contribué au débat.

    Cordialement,

    Répondre
    1. Plaidoyer Républicain

      Auteur de l'article

      Bonjour, effectivement je pense que nous avons quelques points de désaccords. Lorsque vous dites : "L’objectif de ce système est de s’inspirer du régime grec antique où les décisions se prenaient à l’assemblée du peule, par le peuple qui votait les lois directement. Les personnes tirées au sort sont celles qui préparent les textes de lois, qui organisent l’ordre du jour, qui arbitrent les débats, qui exécutent les décisions, qui rendent compte de leurs applications"

      C'est une notion qui peut poser souci dans le sens où l'on ne voit pas clairement le projet politique porté parles personnes désignées. Si la communauté politique en majorité ne souhaite pas avoir de libéraux, souverainement elle doit en avoir la décision. Quand je vote, je vote pour un projet politique. La Constituante, que nous appelons de nos vœux devra être élue sur des projets politiques. Seront aux décisions ceux qui seront élus par le Peuple. A titre personnel, j'ai toujours du mal avec une décision qui n'est pas issue d'un vote. Mais peut-être que j'évoluerai sur la question; En tout cas je vous remercie d'alimenter le débat de façon aussi cordiale.

      Cordialement.

      Répondre
      1. Alain

        Mais justement, les personnes désignées par tirage au sort ne sont pas censées porter de projet politique!
        A Athènes, c'est l'Assemblée du peuple qui porte les idées et les directions politiques. Les tirés au sort ne sont que des magistrats exécutant qui écrivent les lois proposées par les citoyens.

        Pour l'élection de la Constituante, en procédant à une élection, le risque est grand de retrouver les mêmes personnes qu'au parlement actuel.

        Aristote disait que l'élection est par nature aristocratique car il faut être influent pour gagner une élection et cela coûte cher de faire campagne... Une personne comme vous (enfin je crois) et moi n'a aucune chance d'être élu sans appareil politique derrière nous. Et pourtant vous et moi (enfin je crois :)) avons certainement de bonnes idées. C'est à partir du moment où on est plus indépendant que nos idées ont le risque d'être corrompues.
        Faire confiance à une élection pour désigner un responsable politique, c'est finalement faire le vœu (je n'ose pas écrire pieux) qu'il soit le plus honnête possible. Mais avons nous les moyens de nous en assurer?...

        Je pense que le tirage au sort des Constituants seraient plus approprié (car plus représentatifs et moins soumis à d'éventuels conflits d'intérêt car il ne faut pas laisser l’opportunité aux gens de pouvoir d'écrire les règles qu'ils sont censés devoir respecter, il s'agit de bon sens il me semble), ou alors une élection sans candidats dans le moins mauvais des cas.
        Je pense qu'il faut trouver le moyen pour que ces Constituants soient les personnes ayant le moins envie d'avoir le pouvoir pour s'assurer de leur honnêteté.
        Et quel que soit leur mode de désignation, il faut que les citoyens aient des moyens de contrôle (possibilité de révocation à tout moment, compte rendu réguliers des discussions, renouvellement d'une partie des constituants par des mandats courts, etc.) qui ont déjà été inventés par les Grecs d'Athènes.
        Et enfin, il faut évidemment que cette Constitution soit votée par le peuple entier.
        Encore une fois je suis absolument, totalement, fondamentalement pour le vote, mais je fais une véritable distinction avec l'élection qui n'est pas du tout la même chose à mon avis.
        Et je ne mange pas les enfants :).

        Répondre
  2. jordanix42

    j'ai commencé a lire.... "Il est intéressant qu’il ne parle pas d’oligarchie mais de ploutocratie, terme souvent employés par les nazis et les fascistes." ensuite j'ai arretez de lire ^^. et juste pour info apparement tu n'a pas l'air de croire qu'une petite partie de la population dirige le monde.... hors des scientifiques viennent de le demontrer scientifiquement... voila voila...

    Répondre
    1. Plaidoyer Républicain

      Auteur de l'article

      C'est ça le problème. Où avez-vous que nous ne parlions pas d'oligarchie ? Il s'agit juste de pointer le vocabulaire, pas neutre, qu'utilise Chouard. Après vous faites bien comme vous voulez en termes de mauvaise foi, et de réarrangement de la réalité.

      Répondre
  3. MTux

    Cet article montre clairement que vous n'avez RIEN compris au concept du tirage au sort qu'Étienne Chouard défend.

    Alors critiquer c'est bien, mais c'est encore mieux quand vous vous êtes intéressé au sujet avant. Regardez les vidéos d'Étienne Chouard sur le tirage au sort et vous comprendrez que votre paragraphe sur le TAS est complètement hors de propos. On voit que vous n'avez pas du tout abordé les arguments et surtout les fondements du TAS.

    C'est incroyable le nombre de personnes qui critiquent Etienne Chouard et qui n'ont même pas pris la peine de l'écouter avant !
    Alors pour analyser un mot précis, là y a du monde, nous dire d'où vient "ploutocratie" ou "stochocratie", là y a pas de problème, mais pour analyser les idées que défend Chouard là il n'y a plus personne...

    Répondre
    1. Plaidoyer Républicain

      Auteur de l'article

      Voilà, on a rien compris, on ne l'a jamais écouté. Souffrez monsieur, que des gens comme nous, c'est-à-dire pas des groupies, ne pensent pas comme vous. Lui qui se fait le chantre du tirage, parle d'Athènes comme de quelque chose de formidable, alors que seuls les notables hommes, étaient susceptibles de pouvoir donner leur avis. Ni les esclaves, ni les femmes (intéressant de voir que les deux sont placés au même niveau dans la pensée des maîtres de Chouard) n'étaient susceptibles de faire partie du lot des potentiels tirés au sort.

      Qui plus est, le hasard, destin, foi appelez cela comme vous voulez, c'est du pareil au même, n'a pas sa place, selon nous (c'est notre point de vue) en politique. Je ne veux pas, à titre de citoyen, que des individus fassent une politique pour laquelle je n'ai pas donné mon avis, ou exprimé mon opinion. C'est ainsi. Alors cessez de dire que les gens ne comprennent rien, et souffrez que les gens ne pensent pas comme vous.

      Je ne vous retiens pas ici, bonne soirée et continuez bien à faire le gentil virus là où bon vous semble, je ne vous interdirai jamais de vous exprimer, même de façon totalement agressive et non-argumentée. C'est d'ailleurs pour cela que je valide votre commentaire, et que je prends la peine d'y répondre.

      Répondre
      1. MTux

        Votre phrase : "que des individus fassent une politique pour laquelle je n'ai pas donné mon avis"
        montre que vous n'avez pas écouté Chouard c'est tout, c'est factuel.

        Je ne suis pas un "groupie", je peux réfléchir par moi même. Chouard n'est pas mon modèle, mais j'ai écouté ce qu'il dit avant de le juger, contrairement à certain.

        Les gens tirés au sort, ne vont pas décider pour nous! C'est le peuple qui vote! En écoutant un minimum ses propos on comprend clairement ce point, donc bon, me traiter de groupie alors que vous ne connaissez pas les bases du TAS je trouve ça drôle.

        Répondre
          1. MTux

            Bien sûr que le TAS n'est pas un vote. Mais ce ne sont pas les tirés au sort qui ont le pouvoir...
            Le but n'est pas de remplacer nos "élites", par d'autres élites tirées au sort. Sinon ça ne servirait à rien.

          2. Plaidoyer Républicain

            Auteur de l'article

            Si on doit appeler à une assemblée constituante, je veux voter pour déterminer les gens qui y siègeront.

          3. Alain

            Bonjour,
            Là ou je rejoins MTux, c'est que les tirés au sort (pour les partisans de ce système) n'ont en aucun cas de pouvoir de décision (où en tout cas le moins possible, j'insiste, et toujours sous le contrôle des citoyens: révocabilité, reddition des comptes, etc.). Ce sont bien les citoyens réunis en assemblées qui prennent les décisions, donc vous et moi. Nous avons tous notre mot à dire, vous avez raison, et c'est un principe fondamental du TAS.
            En parlant d'Athènes, Chouard exprime très clairement les mêmes critiques que vous à son encontre (esclavage, droit de vote non universels, etc.), et ne prend pas le modèle de cette cité tel quel comme exemple à suivre, mais veut juste montrer que le TAS a déjà été expérimenté pendant plusieurs siècles, donc possible (en l'aménageant à notre société moderne bien sûr).
            Bref, en fait Chouard et vous êtes d'accord (à moins que vous ne trouviez d'autres arguments), mais inconsciemment (ça c'est pour détendre l'atmosphère :) ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *