A quoi sert le M6R ?

La phrase de Jean Ziegler n’est pas passée inaperçue sur les réseaux sociaux. Il y a quelques Ziegler_3_textesemaines, il déclarait dans le Point que « Parti et socialiste sont devenus des gros mots pour les classes travailleuses ». Il n’est pas la peine de se voiler les yeux, Cela fait un certain nombre d’années que les partis politiques sont totalement décrédibilisés. On apprend dans cette étude, mais d’autres illustrent le même phénomène, que seuls 8% des français ont confiance dans leurs partis politiques. Le total de ceux ne faisant pas du tout, ou plutôt pas confiance s’élève à 92%. Par conséquent, il n’y a pas de raison que les partis de gauche fassent exception à ce phénomène, eu égard aux résultats électoraux obtenus depuis 2012 et la politique menée par le gouvernement. On pourra arguer du fait qu’une fois le constat posé, finalement peu d’alternatives sont à l’ordre du jour. Et c’est vrai. Et si en lieux et places des partis traditionnels, des mouvements citoyens se constituaient ?

56% d’abstention aux élections européennes, avec un Front National qui arrive à mobiliser son électorat mieux que les autres amènent mécaniquement le parti familial d’extrême-droite à arriver en tête du scrutin. Ce ne sont finalement que 14% des personnes en droit de voter qui portent le FN en tête des élections. C’est peu, très peu. Mais allons au bout du constat. Le Front de Gauche à titre d’exemple a représenté 3.3% des inscrits et le Parti Socialiste 7.8%. Ce constat a été fait maintes fois, et il n’apporte finalement que peu de choses, mais il est toujours bon de le rappeler. Voyons cela comme un point d’appui. Mais logom6rdepuis, que s’est-il passé ? Il y a eu une tentative d’appel au peuple au travers du Mouvement 6ème République (ou M6R). L’appel recueille quelques 73 ou 74 000 signatures à l’heure où nous parlons. Cela représente peu ou proue ce que couvre comme forces militantes la gauche radicale française, ou encore le nombre de personnes allant à Paris pour marcher. A la suite de quoi, un réseau social a été crée, initialement prévu pour les 100 000 signatures (objectif pour l’heure non-atteint). Le réseau consiste à proposer des thèmes, des textes, sur lesquels les gens peuvent commenter, donner des avis positifs ou négatifs. Le point positif, si l’on se réfère à la phrase de Jean Ziegler, est que le réseau veut s’affranchir des partis politiques traditionnels. Pour autant, à qui parle ce réseau ? Parle-t-il aux classes populaires ? Difficile à dire. En tout cas, le réseau est clairement identifié politiquement. Le cerveau humain est fait ainsi qu’il doit simplifier, réduire et mettre dans des cases. Et le M6R, pour ceux qui le connaisse, est affilié à Jean-Luc Mélenchon, ancien candidat à l’élection présidentielle, et donc au Front de Gauche.

Une question de confiance et de crédibilité est alors posée. La question européenne est alors centrale dans le fait que la gauche radicale française puisse retrouver un second souffle. L’échec du troisième tour de la présidentielle grecque, et la possible arrivée au pouvoir de Syriza peut nous permettre de reparler d’un certain nombre de choses. La question des salaires, du partage des richesses entre autres choses. Là encore, il faudra être fin puisque il n’est pas du tout sur que Syriza accède au pouvoir, d’une part, et d’autre part, il est possible également que par des jeux d’alliances ou des votes insuffisants, la mise en place du programme ne soit que partielle. Bref, la vigilance est à l’ordre du jour. D’autantGREECE-	VOTE-FARRIGHT que le FN a été prompt à saluer le résultat en parlant de vent de démocratie en Grèce. Voilà maintenant que les fascistes saluent la probable venue aux responsabilités de la gauche radicale. Décidément, ils ne s’avoueront jamais vaincus. Celle-là même qui salue les résultats grecs et cherchait à s’allier avec les néo-nazis d’Aube Dorée il y a encore quelques mois à la sortie des européennes. Aube dorée dont les militants on poignardé et assassiné un rappeur de gauche. Bref, des branquignols qui commencent à nous taper sur le système.

pablo_iglesias_venezuelaLe Front de Gauche est clairement dans la nasse en ce moment. Mais des sources d’inspiration sont peut être à aller cherche du côté de Podemos. Alors, il est entendu que copier une organisation et en faire un modèle n’a absolument rien de concret ni de pertinent. Pour autant, cela n’empêche pas de regarder et d’écouter ce qu’il se passe. Que dit-il ? Par exemple que « la politique, ce n’est pas avoir raison, mais réussir ». Que la connaissance des mouvements révolutionnaires historiques est absolument fondamentale. Personne ne dit le contraire. Mais que peut-être, la communication et le comportement pourraient être sources de problèmes. Voici l’exemple d’un propos que je trouve pertinent, à titre personnel :

« Vous pouvez porter un tee-shirt avec la faucille et le marteau. Vous pouvez même porter un grand drapeau, puis rentrer chez vous avec le drapeau, tout ça pendant que l’ennemi se rit de vous. Parce que les gens, les travailleurs, ils préfèrent l’ennemi plutôt que vous. Ils croient à ce qu’il dit. Ils le comprennent quand il parle. Ils ne vous comprennent pas, vous. Et peut-être que c’est vous qui avez raison ! Vous pourrez demander à vos enfants d’écrire ça sur votre tombe : “il a toujours eu raison – mais personne ne le sut jamais. ».

Il ajoute que « C’est comme ça que l’ennemi nous veut : petits, parlant une langue que personne ne comprend, minoritaires, cachés derrière nos symboles habituels. Ça lui fait plaisir, à l’ennemi, car il sait qu’aussi longtemps que nous ressemblerons à cela, nous ne représenterons aucun danger », et conclue qu’il « y a plus de potentiel de transformation sociale chez un papa qui fait la vaisselle ou qui joue avec sa fille, ou chez un grand-père qui explique à son petit-fils qu’il faut partager les jouets, que dans tous les drapeaux rouges que vous pouvez apporter à une manif ».

Je pense que ce sont des propos qu’il faut entendre. Non pas de faire disparaître toute référence dans les symboles que nous défendons, mais au mieux arriver à faire comprendre la signification de ces symboles à la masse des gens. Ceux qui ne sont pas forcément passés par les structures politiques de formation, ceux pour qui le communisme, c’est Staline. A y regarder de plus près, c’est exactement de la sorte que l’extrême-droite opère. L’exemple de beaucoup de militants de gauche qui partagent des articles de fachos. Eux ont crée leurs propres médias, difficilement identifiables, à la façon des caméléons. Ils font passer leurs messages, et nous inondent sur tous les sites que nous consultons sans que nous ne puissions rien faire. D’une part, il doit y avoir un gros travail de formation dans nosdinde structures, et d’autre part, nous devrions peut-être revoir la façon dont nous communiquons. Je prends un exemple assez caractéristique : je ne comprends décidément pas la visée de cette mage. Soit on prend les gens pour des idiots en leur disant que s’ils ne signent pas ce sont des dindes, ce qui est au mieux méprisant, au pire insultant. Ou alors, cela a pour but de faire marrer les community managers et les idolâtres du mouvement, ce qui illustre que nous ne parlons qu’entre nous.

Pour en finir, si l’on souhaite s’adresser à des gens qui ne sont pas partie prenante des partis politiques, il serait peut-être de bon aloi de faire émerger des gens qui ne sont pas affiliés à ces partis. Et un sacré coup de balai communicationnel serait également à mettre à l’ordre du jour. Bien sur, ces deux propositions ont un intérêt si l’on souhaite réellement que la sixième République fasse office de proposition commune à défendre. Ce qui n’est pas forcément clair pour moi, comme pour beaucoup d’autres.

Arnaud Guvenatam

2 pensées sur “A quoi sert le M6R ?

  1. grya26

    Tous les désespérés de la politique sont dans l'attente de celui qui viendra à leur secours. Cela est indéniable! Ce qui fait que le Pen est en tête ce n'est pas son programme c'est que nous avons essayé tous les autres pour en arriver là. Pourquoi ne pas lui donner sa chance , nous verrons bien. Voila c'est aussi simple que ça. Pour Mélenchon, que j'apprécie, il s'est brûlé les ailes quand il a appelé au 2e tour à voter Hollande. Il ne s'en remettra pas de si tôt. De toute façon le PC veille à lui barrer la route. Il faut donc sortir le lapin du chapeau et faire surgir le messie tant attendu, celui qui saura parler aux foules sans que surgisse en filigrane l'ombre de la compromit ion. Le programme doit être simple et le discours audible du plus grand nombre. EU ou non EU? Euro ou non euro? Otan ou non Otan ? Nationalisation ou tout au privé? Service publique ou service marchand? Financiarisation ou partage des fruits du travail? Plus de langue de bois! Seul la participation du plus grand nombre fera bouger les ligne, oui mais de là à sombrer dans l'anarchie ? La démarche participative qui semble être préconisée par certain a t'elle suffisamment mûrie dans les têtes? Sommes nous capables de la mettre en oeuvre?

    Répondre
    1. Plaidoyer Républicain

      Auteur de l'article

      Justement, qui sait comment se réunit la coordination du M6R, qui en est membre, et pourquoi ? Il y a beaucoup de choses qui posent question, non ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *